La Co-Q10 liposomique pour la bonne santé cellulaire et la longévité !

Elle est normalement produite par le corps en certaines quantités, pour ces 2 fonctions majeures :

  1.  elle est indispensable pour la production de l’ATP, la molécule d’énergie de nos cellules.
  2. elle protège de nombreux éléments de nos cellules, dont l’ADN et certaines protéines, par son fort pouvoir antioxydant.

Le cœur, les poumons et le foie présentent les taux de Co-Q10 les plus élevés, mais 95 % de nos besoins énergétiques nécessitent l’aide de la Co-Q10. C’est donc un anti-oxydant très important pour les humains, et dont les fonctions ne peuvent pas être rémplacées par d’autres éléments.

Avec la vitamine C et le NAD+, c’est un des suppléments alimentaires qui peuvent avoir le plus gros impact sur notre énergie au quotidien, mais aussi sur le long terme, car améliorant le fonctionnement correct de nos cellules au quotidien.

(la suite dans l’article complet…)

Le chercheur britannique Peter Mitchell a d’ailleurs reçu le Prix Nobel de chimie en 1978 pour la découverte du rôle significatif du Co-Q10 dans la production d’énergie cellulaire.

Le vieillissement génère une réduction de nos taux de Co-Q10, ainsi que d’autres éléments comme les efforts physiques extrêmes, le stress, la consommation d’alcool et de tabac, ainsi que certaines maladies spécifiques.

Certains médicaments censés réduire artificiellement le taux de cholestérol sanguin (les statines) empêchent gravement la production naturelle de Co-Q10.

(la suite dans l’article complet…)

Implications cliniques

La coenzyme Q10 a le potentiel chez les patients hypertendus d’abaisser la pression artérielle systolique jusqu’à 17 mm Hg et la pression diastolique jusqu’à 10 mm Hg sans effets secondaires significatifs. (5)

La CoQ10 semble efficace en tant qu’agent hypotenseur seul ou en association avec un médicament anti-hypertenseur conventionnel. Nous croyons qu’il y a maintenant des arguments convaincants pour mener un essai prospectif randomisé de haute qualité sur la CoQ10 afin de valider les résultats de cette méta-analyse. Dans l’ère actuelle, il serait contraire à l’éthique de mener un essai contrôlé par placebo chez les patients hypertendus.

(la suite dans l’article complet…)