Thérapie Linus Pauling à la vitamine C

Le rôle de la vitamine C dans la prévention et le traitement du rhume, de la grippe et de nombreuses autres maladies infectieuses est probablement le plus reconnu. Cependant, la vitamine offre d’autres avantages extraordinaires pour la santé, en particulier pour le cœur, qui sont non seulement moins connus mais encore mal compris.

La vitamine C agit comme un excellent antioxydant et aide le corps à absorber le fer. Et l’une de ses fonctions les plus cruciales est d’agir comme cofacteur essentiel dans un large éventail de réactions enzymatiques.

(Un cofacteur est un composé chimique non protéique qui est nécessaire pour activer les enzymes, qui sont des catalyseurs de protéines aidant à accélérer les réactions biochimiques dans le corps).

Cofacteur, la vitamine C aide à la synthèse :

du Collagène – la protéine la plus abondante dans le corps qui fournit la structure, la forme et la force aux tissus conjonctifs tels que la peau, les ligaments, le cartilage, les os et les vaisseaux sanguins. Le corps a également besoin de collagène pour maintenir et réparer les tissus conjonctifs. Sans collagène, les tissus et les organes qui sont maintenus à l’aide de fibres de collagène, commencent à perdre leur intégrité structurelle et à s’effondrer. Ce problème est appelé scorbut.

de la Carnitine – un nutriment qui transporte les acides gras dans les mitochondries, où ils sont transformés en énergie.

des catécholamines – des hormones telles que la dopamine, l’adrénaline et la norépinéphrine produites par les glandes surrénales.

Toutes ces propriétés font de la vitamine C un acteur extrêmement important dans l’entretien de votre santé globale, et en particulier dans la cicatrisation des plaies, la réparation des tissus et le maintien de fonctions cardiovasculaires saines.

Alors que la vitamine C est en effet essentielle à votre santé globale, les humains manquent d’une enzyme qui est nécessaire pour produire de la vitamine C dans le foie. C’est pourquoi nous avons besoin d’une consommation régulière de vitamine pour atteindre une santé optimale et, en particulier, pour produire de grandes quantités de collagène sain dont le corps a besoin pour maintenir des tissus et des organes sains.

Dr. Linus Pauling : pionnier de la médecine orthomoléculaire

Le Dr Linus Pauling, grand scientifique américain, reste la seule personne à avoir remporté deux prix Nobel à lui tout seul, l’un en chimie (1954) et l’autre pour la paix (1962). En outre, les recherches scientifiques de Pauling ont inspiré le fonctionnement de James Watson et Francis Crick pour décoder la structure en double hélice de l’ADN.

Pauling a inventé le terme d’ « orthomoléculaire », qui se réfère aux bonnes molécules dans les quantités requises. La médecine orthomoléculaire est une pratique où une maladie peut être prévenue et traitée en fournissant au corps de bonnes quantités de molécules non toxiques, telles que des vitamines, des acides aminés ou d’autres nutriments naturels. Pauling pensait que le corps fonctionnait sur toutes sortes de réactions biochimiques et électrochimiques, qui sont fondamentalement facilitées avec des produits chimiques et des nutriments qui fonctionnent comme  enzymes, cofacteurs ou substrats. Tout déséquilibre dans ces substances interfère avec l’exécution réussie de ces réactions critiques pour la santé, ce qui peut éventuellement entraîner une mauvaise santé et la formation de maladies.

Théorie Pauling

Dans les années 1960, Pauling a commencé à examiner le rôle de la vitamine C pour la santé. Il a mentionné ses découvertes dans une série de livres :

  • La vitamine C et le rhume (1970) ;
  • La vitamine C, le rhume et la grippe (1976) ;
  • La vitamine C et le cancer (1979);
  • Comment se sentir mieux et vivre plus longtemps (1986).

Pauling a affirmé que l’utilisation de méga doses de vitamine C peut être extrêmement utile dans le traitement des maladies cardiaques, toutes sortes d’infections et même le cancer. Il a également souligné que la carence en vitamine C est l’une des principales causes de maladie cardiaque chez les humains, en plus d’autres facteurs contributifs tels que l’âge, le tabagisme, la génétique et un mode de vie sédentaire.

Pauling-Rath théorie unifiée des maladies cardiovasculaires

Pauling, avec son collègue allemand le Dr. Matthias Rath, a théorisé que la maladie cardiovasculaire peut être complètement gérée par une thérapie en vitamine C spécifique.

Selon la croyance classique, le cholestérol est le principal responsable de la pathogenèse de l’athérosclérose. C’est un problème où la plaque – comprenant de la graisse, des particules de cholestérol, du calcium, des débris cellulaires, de la fibrine et d’autres substances – s’accumule à l’intérieur des artères. Elle épaissit et resserre les artères, entravant l’écoulement du sang vers le cœur et le cerveau. Donc, fondamentalement, des niveaux élevés de cholestérol obstruent les artères et vous donnent une angine de poitrine, une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral.

Contestant cette théorie traditionnelle du cholestérol dans les maladies cardiaques, Pauling a soutenu que l’athérosclérose ne se produit pas lorsqu’il y a trop de cholestérol. Cela vient plutôt du fait que votre corps essaie de réparer les dommages causés par une carence chronique en vitamine C.

Le corps effectue ce processus de réparation salvatrice en envoyant du cholestérol sur le site des dommages, qui dans ce cas se trouve être les artères. Le cholestérol est en fait une molécule qui sauve la vie et joue un rôle très important dans la réparation des cellules et des tissus

Saviez-vous que la moitié de la population atteinte d’une maladie coronarienne a un taux de cholestérol normal? [1] Et que la moitié des gens avec des niveaux élevés de cholestérol ont un cœur en bonne santé? Le cholestérol n’a pas bonne réputation uniquement parce qu’on le trouve toujours là où des dépôts de plaque se trouvent et plus important encore, il est possible de faire baisser les niveaux élevés de cholestérol  à l’aide de médicaments hypocholestérolémiants, ce qui fonctionne en faveur de l’industrie des statines.

Points clés de la théorie « Linus-Rath » [2]:

  1. Une carence chronique en vitamine C est la principale cause de maladie cardiaque.
  2. La vitamine C est nécessaire pour la synthèse du collagène. Sa pénurie à long terme perturbe la production de collagène dans le corps, conduisant à une perte structurelle dans les tissus conjonctifs dans tout le corps, y compris les artères. En plus d’apporter un soutien structurel aux artères, les fibres de collagène maintiennent les parois artérielles souples et lisses, et sont également nécessaires pour la réparation des vaisseaux sanguins.
  3. En l’absence de vitamine C, le foie produit de la Lp (a), une variante très collante du cholestérol LDL, pour réparer le tissu endommagé dans les artères. La Lp (a) a une forte affinité à se lier avec les composants de la paroi vasculaire, y compris le collagène.
  4. Trop d’accumulation de Lp (a) conduit à la formation de plaque.

En un mot, Pauling pensait que les maladies cardiaques sont des formes chroniques du scorbut. Et le corps réagit en colmatant les vaisseaux sanguins affaiblis et endommagés avec des plâtres. De plus, les artères coronaires supportent le plus grand nombre de souffrances dues au manque chronique de vitamine C, car elles subissent le plus haut niveau de stress mécanique dû à l’action de pompage ininterrompue du cœur.

Thérapie Linus Pauling contre maladies cardiovasculaires

La théorie proposée par Pauling et Rath explique également qu’il est possible de prévenir et même d’inverser les maladies cardiaques à l’aide d’une bonne assistance nutritionnelle, c’est-à-dire sous forme de vitamine C et de lysine et proline, des acides aminés.

La vitamine C participe à la synthèse de collagène sain qui répare et renforce les artères, les maintenant en bonne santé et souples. Le corps n’envoie plus de molécules de Lp (a) pour réparer les artères endommagées.

Quel est le rôle de la lysine ?

Les fibres de collagène sont maintenues à l’aide de réticulations de lysine. La vitamine C est nécessaire pour une enzyme qui réticule les chaînes de lysine sur les brins de collagène adjacents. Une carence en vitamine C perturbe la réticulation de la lysine, ce qui entraîne une diminution du collagène. Lorsque les brins de collagène dans la paroi artérielle se séparent, les résidus de lysine fragmentés provenant du collagène endommagé dans les vaisseaux sanguins sont exposés à la circulation sanguine.

Pauling a découvert que la Lp (a) a une forte tendance à se lier à ces résidus de lysine exposés. Alors que l’existence de sites de liaison à la lysine est assez bien connue dans la communauté médicale, ce qui l’est moins, c’est que ces sites / récepteurs sont SEULEMENT trouvés sur la  Lp (a). Cela signifie que seule la Lp (a) a ces récepteurs de liaison à la lysine spécifiques.

Selon Pauling, en donnant à votre corps des molécules de lysine supplémentaires, vous fournirez à des particules de Lp (a) quelque chose auquel se lier. Cela empêche les molécules de Lp (a) de s’attacher aux chaînes de lysine qui se distendent des artères fragiles et structurellement endommagées, et de s’accumuler dans l’endothélium.

Prendre de fortes doses de vitamine C et de lysine peut ainsi prévenir et même inverser les dépôts de plaque :

– La vitamine C aide le corps à produire suffisamment de collagène pour maintenir les artères saines, lisses et souples

– La lysine attire et élimine le composant colloïdal Lp (a) qui contribue aux dépôts de plaque à l’intérieur de la paroi artérielle

Vitamine C : complément de thérapie conventionnelle contre le cancer

Pauling a publié de nombreux articles avec le Dr Evan Cameron sur le rôle de la vitamine C dans la prévention du cancer. Il était convaincu que de grandes quantités de vitamine C, utilisées en association avec des médicaments chimiothérapeutiques conventionnels, pouvaient augmenter considérablement la qualité de vie et le temps de survie chez les patients cancéreux. La vitamine C réduit également les effets secondaires associés à la chimiothérapie.

Il est important de noter que Pauling a prescrit des doses beaucoup plus élevées que la RDA, soit 90 mg pour les hommes et 75 mg pour les femmes. Selon la thérapie de Pauling, cette petite quantité est seulement efficace dans la prévention du scorbut, mais pas assez pour garder votre système cardiovasculaire en pleine forme. Il a recommandé un apport quotidien d’au moins 3 000 mg de vitamine C pour se protéger contre les maladies cardiaques (à titre préventif) et au moins 6 000 mg de vitamine C pour traiter les personnes déjà diagnostiquées avec une maladie cardiaque.

De hautes doses de vitamine C peuvent causer des ballonnements, des gaz ou de la diarrhée. La vitamine C liposomale peut être utilisée pour éviter ces complications. C’est une forme de vitamine C qui contourne le tractus gastro-intestinal et améliore la biodisponibilité ainsi que l’absorption de la vitamine C par les cellules pour obtenir de meilleurs résultats sans les effets secondaires généralement associés à la prise de fortes doses de vitamine C par voie orale en comprimés ou en poudre.

Références:

  1. Sachdeva et al. Lipid levels in patients hospitalized with coronary artery disease: an analysis of 136,905 hospitalizations in Get With The Guidelines. American Heart Journal. 2009.
  2. Rath M, Pauling L. Hypothesis: lipoprotein(a) is a surrogate for ascorbate. Proc Natl Acad Sci U S A. 1990